CLARARIVIERE

PERMAPRODUCTION I  Mémoire



« Les Aborigènes d’Australie avaient mis en place une technique de brûlis
pour encourager la pousse des plantes appréciées du gibier qu’ils chassaient.

Une manière pour eux de prendre soin de leur environnement naturel
mais aussi de s’assurer un environnement propice à leurs activités de chasse
et donc à leur survie. Cette conscience de son inscription dans un écosystème
fait de l’homme aborigène l’inventeur de ce que l’on appelle aujourd’hui
la permaculture. »

 

Le concept de permaproduction questionne la possible translation des principes
de la permaculture vers le domaine de la production. Le point de départ
de ce questionnement était d’esquisser les contours d’un mode de production
qui serait plus respectueux des hommes et de leurs environnements.

Finalement, mettre en place ce concept a permis de rassembler des projets
à la fois très différents mais aux résonances communes. Dans une période
de grandes mutations, les initiatives rencontrées et étudiées projettent toutes,
dans la production, un levier d’action. Plus proche d’un mouvement que
d’un réel modèle de production, la permaproduction s’est révélée être
une forme de résilience encourageant l’essor d’une multiplicité d’hypothèses
pour maintenir un équilibre favorable au développement humain
dans le respect de la nature.

TÉLÉCHARGER LA VERSION PDF

2017

Crédits photographiques : Véronique Huyghe

 

© Clara Rivière 2017

 
 

CLARARIVIERE

PERMAPRODUCTION I  Mémoire



« Les Aborigènes d’Australie avaient mis en place une technique de brûlis
pour encourager la pousse des plantes appréciées du gibier qu’ils chassaient.

Une manière pour eux de prendre soin de leur environnement naturel mais
aussi de s’assurer un environnement propice à leurs activités de chasse
et donc à leur survie. Cette conscience de son inscription dans un écosystème
fait de l’homme aborigène l’inventeur de ce que l’on appelle aujourd’hui
la permaculture. »

 

Le concept de permaproduction questionne la possible translation des principes
de la permaculture vers le domaine de la production. Le point de départ de
ce questionnement était d’esquisser les contours d’un mode de production
qui serait plus respectueux des hommes et de leurs environnements.

Finalement, mettre en place ce concept a permis de rassembler des projets
à la fois très différents mais aux résonances communes. Dans une période de
grandes mutations, les initiatives rencontrées et étudiées projettent toutes,
dans la production, un levier d’action. Plus proche d’un mouvement que
d’un réel modèle de production, la permaproduction s’est révélée être une
forme de résilience encourageant l’essor d’une multiplicité d’hypothèses
pour maintenir un équilibre favorable au développement humain
dans le respect de la nature.

TÉLÉCHARGER LA VERSION PDF

2017

Crédits photographiques : Véronique Huyghe

 

© Clara Rivière 2017

À PROPOS

CONTACT

CLARARIVIERE

PERMAPRODUCTION I  Mémoire



« Les Aborigènes d’Australie avaient mis en place une technique de brûlis
pour encourager la pousse des plantes appréciées du gibier qu’ils chassaient.

Une manière pour eux de prendre soin de leur environnement naturel mais
aussi de s’assurer un environnement propice à leurs activités de chasse
et donc à leur survie. Cette conscience de son inscription dans un écosystème
fait de l’homme aborigène l’inventeur de ce que l’on appelle aujourd’hui
la permaculture. »

 

Le concept de permaproduction questionne la possible translation des principes
de la permaculture vers le domaine de la production. Le point de départ de
ce questionnement était d’esquisser les contours d’un mode de production
qui serait plus respectueux des hommes et de leurs environnements.

Finalement, mettre en place ce concept a permis de rassembler des projets
à la fois très différents mais aux résonances communes. Dans une période de
grandes mutations, les initiatives rencontrées et étudiées projettent toutes,
dans la production, un levier d’action. Plus proche d’un mouvement que
d’un réel modèle de production, la permaproduction s’est révélée être une
forme de résilience encourageant l’essor d’une multiplicité d’hypothèses
pour maintenir un équilibre favorable au développement humain
dans le respect de la nature.

TÉLÉCHARGER LA VERSION PDF

2017

Crédits photographiques : Véronique Huyghe

 

© Clara Rivière 2017